Comment GitLab fonctionne en télétravail ?

À la découverte de… GitLab : full-remote et sans bureau

Si de plus en plus d’entreprises françaises sautent le pas pour mettre en place le télétravail, le full-remote ou 100% télétravail reste quasi inexistant en France. 

Même si la crise sanitaire a forcé les entreprises à développer le travail à distance dans l’urgence, ce n’était pas du tout le cas pour GitLab, avec ses 1 300 collaborateurs repartis aux 4 coins du globe, tous en télétravail.



Focus sur le modèle de développement de l’une des plus importantes entreprises mondiales en full-remote, sans bureau ni siège social.

 

GitLab a vu le jour à distance 

GitLab est une plateforme open-source qui accompagne les développeurs informatiques sur toutes les étapes du DevOps. L’application se base sur des fonctionnalités du logiciel Git qui permet par un développement communautaire de déposer des codes sources et leurs différentes versions. Du développeur freelance aux chercheurs du CERN en passant par les grosses structures, chacun utilise GitLab pour son accessibilité, sa réactivité et sa communauté d’entraide. 

Le projet est né en 2012 grâce à deux co-fondateurs, l’ukrainien Dmitriy Zaporozhets et le néerlandais Sid Sijbrandij. La distance est au cœur même de cette structure, car les deux fondateurs ne se verront physiquement qu’un an après.



En 7 ans, GitLab est devenue la plus grande entreprise au monde à fonctionner entièrement en télétravail, sans bureau ni aucun siège social. 



Repartis aux 4 coins du monde, les collaborateurs de l’entreprise se rencontrent une fois par an lors des « GitLab’s annual summit ».

Comme depuis ses débuts, GitLab fonctionne en full-remote, la pandémie de coronavirus n’a eu aucun effet sur leur organisation alors que de nombreuses entreprises de la Tech avaient du mal à s’adapter, même si le télétravail faisait déjà partie de leur ADN.

À découvrir : Confinement : comment gère-t-on le full-remote chez FlexJob ?

Comment les collaborateurs de GitLab s’organisent-ils en 100% télétravail ? 

À l’instar d’autres entreprises qui fonctionnent entièrement à distance, Platform.sh, Fizzer, Automatic, Zapier ou encore BoondManager, GitLab prône et milite pour cette nouvelle façon de travailler et via de nombreux articles publiés sur leur blog, encourage et conseille les entreprises qui voudraient franchir le cap et se lancer dans le full-remote. 

Comme pour toutes les entreprises, chez GitLab le télétravail a été défini avec des règles de fonctionnement très précises : travail en équipe, coopération, le moins de réunions possible et l’utilisation d’outils informatiques pour une collaboration formalisée.
Et oui, full remote ne veut pas dire liberté totale. Comme le montre la manifeste du télétravail visible directement sur leur site. 

Les règles du télétravail chez GitLab

Une organisation du travail bien ficelé qui ne laisse que très peu de place à l’imprévu comme le précise leur « handbook » interne, sorte de référentiel sur la façon dont est gérée l’entreprise.

GitLab conseille de ne pas multiplier les outils collaboratifs : « Google Docs, a company-wide chat tool (like Microsoft Teams or Slack), and Zoom are all you need to start ».

De plus chez eux, la réunion doit être une exception et non une obligation. Si jamais un collaborateur de l’entreprise ne peut assister à une réunion, il doit y contribuer en amont et avoir un récapitulatif après.

Pour finir, la plateforme logiciel open-source favorise le travail en asynchrone. Avec des collaborateurs dans plus de 60 pays différents, travailler en asynchrone 24 heures sur 24 sur tous les fuseaux horaires est, en plus d’être un avantage concurrentiel certain, une obligation.

À l’ère du tout digital, GitLab rétablit la culture de l’écrit. Comme il n’y a aucun moyen d’interroger les autres sur le moment quand on a une question, l’écrit prend toute sa dimension. Une culture de l’écrit mentionné dans leur « remote playbook ». Si l’on reprend un extrait : « En réfléchissant par écrit – plutôt qu’avec des dessins, nous sommes obligés d’exprimer clairement propositions et idées. » 

Dans ce « remote playbook », il y a même des conseils d’ergonomie très détaillés comme le choix de la chaise de bureau ou encore du clavier et de la souris.

 

GitLab : Une entreprise utlra transparente

Cette volonté de transparence de la part de GitLab colle parfaitement à leur culture de l’open-source, des milliers de contributeurs participent au développement de l’application. Cette transparence fait même partie des piliers de l’entreprise. À l’image de son « handbook » qui décrit la façon dont est gérée l’entreprise, énormément de processus (organigrammes, infrastructures, proposition marketing, ingénierie, finances, etc.) sont publics. Une culture de la transparence qui contraste avec une culture du secret de la plupart des autres entreprises.



Selon GitLab, cette transparence de l’information est vectrice de collaboration et de productivité en l’absence d’échanges informels au détour d’une machine à café par exemple.

 

100% télétravail : qu’en est-il de la santé mentale des collaborateurs ? 

Attention, le télétravail est bien différent du full-remote.

Travailler à distance au quotidien est une nouvelle manière de travailler très plébiscitée par de plus en plus d’entreprises internationales. Cette pratique consiste à laisser aux collaborateurs le choix de travailler d’où ils veulent et sans jamais passer par les bureaux de l’entreprise quand cette dernière en dispose. 

On pourrait se dire que le full télétravail n’a que des avantages… Mais il peut s’avérer néfaste pour certains. L’incapacité à être efficace ou le manque de motivation peuvent être des dangers, tout le monde n’est pas fait pour télétravailler quotidiennement. Mais le principal danger reste l’isolement.  

L’Humain est par définition un être social et la solitude son pire ennemi. Le stress, la complexité de séparer vie personnelle et vie professionnelle, mal-être, absence d’interactions informelles… Tous ces phénomènes sont directement liés à la santé mentale des collaborateurs. Le revers de la médaille du télétravail total.

Sid Sijbrandij, PDG de GitLab a précisé que lui ou ses équipes observaient parfois un sentiment d’isolation chez certains. « Après avoir interrogé les gens, il semblerait qu'ils s'ennuient. Il n'y a pas grand-chose d'autre à faire, alors les gens ont tendance à travailler plus pour contrer cela », a-t-il ajouté. Sid Sijbrandij prévoit de mettre fin à cela et permettre aux gens de ne plus se sentir trop isolés.

Pour cela, de nouveaux canaux de gratitude et de santé mentale sont mis en place quotidiennement sur Slack (outil de communication direct), et très bientôt, les membres de la famille pourront se joindre aux appels internes de Zoom (outil de visioconférence). 

Pour conclure, GitLab à un fonctionnement en full-remote très inspirant pour les structures souhaitant généraliser le télétravail encore plus. Au travers de leur blog, ils transmettent de nombreux conseils et guident les entreprises dans l’instauration de cette pratique.

Convaincus par le fonctionnement 100% télétravail prôné par GitLab ?