Les nouvelles formes de travail en 2016

Les nouvelles formes de travail en 2016

Force est de constater qu'à l'heure actuelle, le monde du travail a changé. Les nouvelles technologies de l'information et de la communication ont pris le pas sur les habitudes et procédés d'antan. De nouveaux modes de travail, encourageant la productivité de chacun, ont été mis en place. Même les relations et les hiérarchies évoluent, notamment dans les plus petites structures. Intéressons-nous aujourd'hui à ces nouvelles formes de travail.

 

La startup et nous

2016. Une époque où il n’y a jamais eu autant de startups en France. On en recense environ 12 000, rien qu’en région parisienne, ce qui représente bien plus que Londres ou Berlin, selon les propos d’un spécialiste, recueilli sur Capital. Cela s’explique par le nombre croissant d’encouragements à l’innovation et l’entreprenariat, venant de toutes parts. Des écoles et instituts font de ces éléments leurs marques de fabriques, des incubateurs aident à la création et l’accompagnement des projets, des organismes privés organisent des levées de fonds, sans même parler des bénéfices fiscaux de l’Etat, de grandes entreprises peuvent même accompagner un de leurs salariés au lancement de son entreprise (ce qu’on appelle l’essaimage)…

En quelques années, leur renom et leur impact économique a grossi : pour preuve, le baromètre des startups nous révèle qu’au 1er trimestre de 2016, 283 millions d’€ ont été levés, selon les cabinets Capgemini et Ecap Partner.

 

La flexibilité revient-elle à la mode ?

La culture d'entreprise a également changé et gagné en flexibilité. Tout cela grâce à ces entreprises, dont le succès fait rêver plus d'un, comme Google qui promeut des formes de travail alternatives. En une vingtaine d'années, nous sommes passés de la culture du profit à la culture du projet, cette dernière aidant à l'émancipation de l'individu et l'incitant à participer. Un bon nombre d'entrepreneurs s'en rend compte.

Pour cela, on encourage à de nouvelles pratiques, de nouveaux statuts, contrats, clauses etc. On appelle cela les New Ways of Working (fr. nouvelles façons de travailler; abr. NWoW). Parmi les plus répandues, on peut recenser :

  • le freelance : statut de travailleur indépendant, qui permet à un individu de vendre ses services à une entreprise. Ceci est de plus en plus répandu et permet notamment aux “freelances” de cultiver un réseau et aux structures d'avoir un oeil neuf sur leurs missions.
  • le télé-travail : ceci permet à un salarié de travailler à distance de son lieu de travail initial, à domicile par exemple. espaces de coworking. Cette pratique a pour but la stimulation du salarié dans un cadre ludique et est souvent associée au coworking.
  • le tiers-lieu, où des membres d’une même équipe se retrouvent dans d’autres lieux que leur quartier général comme des espaces de coworking. Cette pratique a pour but la stimulation du salarié dans un cadre ludique et est souvent associée au coworking.

 

Devant ces changements qui requièrent une certaine adaptabilité de la part des entreprises mais aussi des candidats et futurs salariés, les médias s’expriment davantage et des plateformes mettant en relation des loueurs d’espaces inutilisés et des locataires se créént. Parmi ces nouveaux protagonistes, on peut recenser Hub-Grade, pur produit lyonnais. Ce site facilite justement leur mise en relation par la diffusion d’annonces et l’accompagnement des parties dans le cadre de locations de bureaux. Ce service comprend la création et la diffusion d’annonces, mais aussi les services administratifs et s’adapte parfaitement aux nouvelles exigences du marché.

Le monde du travail actuel sera sans doute soumis à des changements, d’ici les prochaines années. Le statut d’étudiant-entrepreneur est en vogue, le nombre de créations de startups est en constante augmentation, l’économie collaborative pousse à l’innovation… Un phénomène à suivre de très près pour les prochaines années.

Pour aller plus loin : Focus sur l'holacratie, une nouvelle vision managériale

Les dernières actus