Qui est chargée de communication chez FlexJob ?

Johanna : "Pour moi, le travail devrait avant tout être un plaisir."

Johanna, chargée de communication chez FlexJob, a répondu à quelques-unes de nos questions.

 

Hello Johanna, peux-tu te présenter en un mot ?

Motivée.

 

Explique nous en quelques mots ton parcours

Je viens d’un DUT MMI (Métiers du Multimédia et de l’Internet) dans lequel j’ai pu voir tous les métiers du web allant de la communication jusqu’à la programmation en passant par le graphisme ou encore l’audiovisuel. Voyant que la communication me plaisait plutôt bien, j’ai voulu faire une Licence Professionnelle afin de me spécialiser dans ce domaine. Me voilà donc à Paris sur les bancs de la Licence Pro. Chef de Projet Communication. 

 

Pourquoi avoir postulé chez FlexJob ? Que comptes-tu y faire ?

Je recherchais un stage afin de valider ma Licence Pro. Mais pour être tout à fait honnête, je ne connaissais pas du tout FlexJob. J’ai été contactée par Jérémie qui a vu passer mon profil sur Facebook et plus précisément sur un groupe dans lequel j’avais déposé mon CV. C’est après mon premier entretien que j’ai pu comprendre la vision de FlexJob et que j’ai développé un réel intérêt pour la boîte. Un bon feeling, un partage total de la vision et de ce qu’on voit comme le futur du travail. En bref, un coup de foudre professionnel !

Mon but c’est surtout d’apporter tout ce que je peux apporter à FlexJob : que ce soit mes compétences rédactionnelles, graphiques ou mon petit grain de folie. Tout ce que je peux pour être bénéfique à la boîte et la faire avancer. 

 

Qu’est-ce que tu as aimé chez FlexJob ?

Sa vision. Sa méthode de travail. Son esprit d’équipe. Sa motivation. Son projet. 

Quel est le projet de Macron ?

 

Culture start-up, management participatif, flexibilité… Est-ce que ces expressions te parlent ?

Sortant d’une Licence Pro. Chef de Projet, ces expressions m’étaient déjà familières avant d’intégrer FlexJob mais ce n’est qu’en y entrant que j’ai pu expérimenter vraiment ce qu’était le management participatif. Ces notions prennent beaucoup plus de sens quand on les pratique au quotidien.  

 

À 21 ans, tu fais toi aussi partie de la fameuse génération Y. Une population qui voit le travail autrement. Et toi, quelle est ta vision des choses ?

Pour moi, le travail devrait avant tout être un plaisir. Je pense que les bases des jobs d’hier sont devenues les contraintes d’aujourd’hui et que ma génération souhaite tendre vers un modèle de travail plus flexible, plus agile et surtout beaucoup plus recentré sur l’humain. Un peu à l’image du système canadien actuel. Mais ce n’est que ma vision des choses ! 

 

Penses-tu qu’il y ait un futur dans ces nouvelles façons de travailler ?

Bien sûr, pour moi c’est ça le futur du travail !
Après avoir expérimenter ces nouvelles façons de travailler, il me serait vraiment difficile de retourner à un modèle traditionnel.

 

Les dernières actus