Comment se passe un recrutement avec FlexJob ?

Rencontre avec Thibaut, IT manager

Session questions-réponses avec Thibaut : on parle nouvelles manières de travailler, expertise métier, retour d'expérience sur sa recherche de poste via FlexJob ...

Bonne lecture !

 

Hello Thibaut, peux-tu te présenter ?

J’ai 32 ans, je suis Savoyard depuis peu, et je vis de ce que j’aime faire !
J’ai suivi une formation universitaire à Paris, et dans le même temps je démarrais mon activité professionnelle. J’ai commencé par travailler à mon compte pendant plusieurs années, puis j’ai rejoint un grand groupe, que j’ai quitté pour un autre. Et à un moment, je me suis dit : stop, j’aime mon travail mais je ne veux plus le faire au détriment de ma qualité de vie. Alors je suis parti m’installer dans une jolie petite ville, et aujourd’hui mes déplacements quotidiens se font sans stress (pas de bouchon, les montagnes en paysage), et je ne cours plus après le temps. Au boulot, comme pour mes loisirs.

 

À lire aussi : Comment optimiser le temps que l'on passe dans les transports ?

 

Comment devient-on IT Manager ? Un parcours type ?

Je dirais qu’il y a 2 voies d’accès : ceux pour qui c’est un début ou nouveau départ, et ceux pour qui c’est un objectif. Dans le 1er cas, il s’agit de profils type « sortie d’école d’ingé’ », ou « reconversion pro’ », qui arrivent avec les best practices et qui les appliquent by the book. Dans le 2nd cas, il s’agit d’un profil type « technicien ambitieux », plutôt axé opérationnel. Mes années dans les grands groupes ont été riches en enseignements : j’ai eu l’occasion d’être managé par les deux types, et je ne sais plus combien de fois j'ai pensé « ok, ça c’est fort », ou « hmm… moi j’aurais fait autrement ». Le temps passe, ces vécus s’accumulent, et ça m’a donné envie de faire mieux que certains, ou au moins aussi bien que d’autres. Pour le bénéfice de mon équipe.

 

"J’aime mon travail mais je ne veux plus le faire au détriment de ma qualité de vie"

 

Lorsque tu étais à l’écoute d’opportunité, quels étaient tes critères de recherche ?

Je savais ce que je voulais, mais aussi ce que je ne voulais pas/plus ! À savoir :

  • pas de presta’, je cherchais un poste « chez un client final »,
  • qui soit une entreprise à taille humaine,
  • dans laquelle il y a un management intelligent,
  • qui répond à mes attentes en terme de salaire, et non pas « juste en dessous, mais t’inquiète pas le variable te permettra normalement d’atteindre ce que tu vises »
  • qui est dans ma zone de mobilité raisonnable,
  • le tout en CDI.

 

Qu’est-ce qui fait que tu es rentré chez Leadformance et comment te sens-tu depuis ton premier jour ?

Avec mes critères de recherche, on m’a dit plusieurs fois que j’étais trop select ... J’assume. Parce qu’en l’étant moins, on laisse de la place à l’insatisfaction. À prendre un job dont on se contente, on travaille avec peu d’entrain, et au final on relance ses recherches pour trouver quelque chose de plus satisfaisant. Or le poste ouvert chez Leadformance matchait avec l’ensemble de mes attentes. Et en plus il était vacant depuis de nombreux mois : donc il ne s’agissait pas d’assurer une continuité impliquant très peu de marge de manœuvre, ni au contraire de partir de zéro, mais de s’imprégner du contexte et d’insuffler une nouvelle direction… une position aussi inattendue qu’intéressante. Aujourd’hui, je suis en poste depuis plus de 2 mois, et je n’ai toujours pas l’impression d’avoir « travaillé » ! C’est surement ça, l’épanouissement professionnel.

 

À quoi ressemble une semaine type pour toi et ton équipe ? S’il y en a une ;-)

Effectivement ... Je ne crois pas qu’il y en ait. Je peux juste dire que quand on se retrouve le lundi matin, c’est avec le sourire. Pas de “réunionite aiguë” chez nous. Et le télé-travail ne correspond pas à un jour fixe, mais s’organise en fonction des besoins.

 

"Aujourd’hui, je suis en poste depuis plus de 2 mois, et je n’ai toujours pas l’impression d’avoir « travaillé » ! C’est surement ça, l’épanouissement professionnel."

 

Quels outils / apps utilises-tu au quotidien ? Ton petit plus pour être plus productif au quotidien ?

Je sais que je devrais répondre DELVE, mais ce n’est pas ce que j’utilise vraiment.
Honnêtement ? Un mélange de savoir-faire et de savoir-être.
Avant de prendre une décision pour mon équipe : j’en parle avec elle. J’expose la situation, je donne mon avis, et je veux entendre celui des autres. Il ne s’agit pas de voter pour la meilleure option, mais d’expliquer pourquoi on va partir dans telle direction. Je crois que quand on explique suffisamment bien, quand on ramène une situation complexe aux contraintes de base, on finit par tomber d’accord.
Si la décision est d’ordre technique : je lance mon moteur de recherche pour prendre du feedback sur les conséquences de chacune des options. Parce que l’IT n’est pas un département, mais un outil pour l’ensemble des collaborateurs. Un proche m’a dit un jour : dans « service informatique », il y a « service » en premier. Avant de planifier un changement, si je me mets à la place des utilisateurs qui vont être impactés, eh bien je gagne du temps.

 

À lire aussi : une interview de Claire-Léa, qui a récemment rejoins l'équipe FlexJob !

 

Quelle est ta plus grande fierté professionnelle ?

Résoudre des problèmes qui n’avaient pas reçu de solution jusque-là. Même si c’est forcément plus chronophage que de suivre un tutoriel, puisque j’avance alors par tâtonnement, je retire à la fin le plaisir d’avoir réussi quelque chose d’inédit.

 

Tu fais partie d’une génération qui fait bouger les lignes du monde du travail (slashing, aspiration à un meilleur équilibre vie pro/vie perso, freelancing, intrepreneuriat, etc.), comment observes-tu cela ?

Comme une relation de couple. Nos grands-parents ont passé leur vie entière ensemble, tout comme ils ont rarement eu plus d’un employeur dans toute leur carrière. Même si c’est beau, était-ce réellement l’idylle ? Nos parents ont cassé les codes : persévérer c’est bien, s’acharner ne mène à rien de bon. Aujourd’hui, c’est le style « à la Tinder » qui prédomine. Mais il est possible que ce ne soit qu’une étape avant un équilibre... Parce que plus une équipe se voit renouvelée, moins il y a une connaissance profonde du sujet qu’elle traite. Rares sont les employeurs qui y trouveraient leur intérêt. La solution pour enrayer le phénomène ? Offrir des conditions (réelles !) attrayantes. Les candidats n’iront plus chercher ailleurs.

 

Quelle serait ton organisation du travail rêvée ?

Une chaine hiérarchique courte, des rôles clairement définis, des collaborateurs de confiance, des process rigoureux mais pas limitants… et beaucoup de budget.

 

 

Souhaites-tu partager une anecdote concernant l’accompagnement que tu as reçu via FlexJob ?

Plutôt une chose qui m’a beaucoup marqué : votre compréhension du besoin exprimé par l’employeur, votre client. Pour avoir passé un certain nombre d’entretiens, je peux dire que les recruteurs ne sont, comme les candidats, pas tous au même niveau… Il m’est arrivé plus d’une fois de constater que le besoin relaté par le recruteur ne matchait pas avec les attentes de l’employeur. Et dans ces cas-là : on a tous perdu notre temps. Or quand j’ai rencontré Leadformance après avoir échangé avec vous, je n’ai eu aucune déconvenue. Je dirais même que cet échange m’a permis de me sentir plus proche de mon futur employeur au moment de l’entretien.

 

Un mot de la fin ?

En tant que candidat, vous avez été mon intermédiaire... Vous le serez également en tant qu’employeur !

 

Les dernières actus