Comment détecter le burn out ?

Marie : "Le burn out est difficile à percevoir par la personne épuisée professionnellement."

Marie, psychologue en entreprise chez Moodwalk, nous présente Moodwork, une solution digitale innovante de lutte contre le burnout en entreprise.

 

Deux entrepreneurs et amis, en collaboration avec des chercheurs de renom en psychologie et en sciences comportementales et des chefs d’entreprises, ont donné naissance à cet outil en 2017. Il s’adresse aux entreprises désireuses d’améliorer le bien-être de leurs collaborateurs. Mais, comment définir ce que l’on pourrait appeler le nouveau mal professionnel du siècle ? Et que propose, concrètement, la solution Moodwork ?

 

Le burn out, un processus insidieux difficile à contrer !

“Le burnout, ou syndrome d’épuisement professionnel, est un trouble caractérisé par trois facettes : l’épuisement professionnel, le détachement émotionnel ainsi que la perte d’épanouissement et d’efficacité professionnelle” nous explique Marie avant d’ajouter qu’en “situation de burnout, le travailleur est épuisé tant physiquement que psychologiquement car il a subi une période de stress et d’anxiété trop importante qui a consommé toutes ses ressources. Les conséquences sont palpables et concernent l’estime de soi, la dégradation des relations interpersonnelles, la performance au travail et la santé physique.”

 

Presque 1 salarié français sur 10 est concerné par le burnout

La psychologue de Moodwalk développe, par ailleurs, que “le burn out peut être causé par de multiples facteurs, notamment liés aux caractéristiques du travail : l’intensité et temps de travail, les exigences émotionnelles, le manque d’autonomie, les mauvais rapports sociaux et relations de travail, les conflits de valeur et la qualité empêchée, la perte du sens de son travail, l’impression de faire un travail inutile tout en s’y accrochant quand même.” Le burn out est difficile à percevoir par la personne épuisée professionnellement. Elle n’est souvent pas en mesure de reconnaître les signaux qui seraient susceptibles de l’alerter et n’arrive pas à déceler les facteurs de son mal-être ; difficile donc d’agir contre un ennemi invisible.

Cependant, une étude menée par le cabinet Technologia a estimé que 7 à 10 % des salariés français étaient concernés par le burnout. C’est pour ces chiffres non- négligeables que Moodwork a vu le jour, dans l’espoir d’éradiquer le nouveau mal professionnel du siècle.

 

Moodwork rend les collaborateurs acteurs de leur propre bien-être

Moodwork s’adresse aux collaborateurs par le biais d’un bilan de bien-être, validé scientifiquement et composé d’une cinquantaine questions. A l’aide d’un curseur et sous couvert d’anonymat, les collaborateurs déterminent leurs facteurs de bien-être et de mal-être rencontrés dans le quotidien professionnel (surcharge de travail, relation avec la hiérarchie, etc). Une fois les besoins identifiés, ils ont accès à des programmes de développement personnalisés concernant : la gestion du stress, la régulation de l’hyper-investissement, le développement de l’assertivité, des affects positifs et enfin, de gestion du sommeil. Que ce soit de la sphère privée ou professionnelle, de manière journalière, hebdomadaire ou mensuelle : le collaborateur peut se réapproprier les exercices des programmes à sa guise ! Par ailleurs, Marie fait partie des psychologues qui accompagnent les individus tout au long du processus via un chat en ligne et instantané, en visioconférence ou par téléphone (en prenant rendez-vous sur le site). Les utilisateurs semblent conquis par la pertinence que cet accompagnement a sur leur réflexions personnelles et leur cheminement intérieur.

 

Moodwork aide le management à piloter le bien-être de ses équipes

Mais, ce n’est pas tout ! Moodwork vise également à satisfaire les managers grâce à une remontée d’informations bi-annuelle et toujours anonyme (à moins que la barrière de l’anonymat ne soit levée par le collaborateur). Les dirigeants obtiennent un aperçu précis des facteurs de bien-être et de mal-être prédominants au sein de leur entreprise ainsi que le niveau de bien-être général des collaborateurs et les risques de burnout qui touchent leurs équipes. En cela, les dirigeants et services RH peuvent optimiser leurs actions en préservant et en favorisant les facteurs de bien-être et, à l’inverse, en adaptant leurs méthodes de management pour remédier aux facteurs de mal-être.

 

Éviter le burnout : les 5 conseils avisés de Marie

Dans la sphère privée : 

  • « Décrocher » du travail et des outils numériques pour se réserver du temps à soi,
  • Faire du sport pour se maintenir en forme mais aussi favoriser sa santé psychologique,

Dans la sphère professionnelle :

  • Se fixer des objectifs réalistes et prioriser ses tâches,
  • Apprendre à dire non et à déléguer, 
  • Informer et sensibiliser les collègues afin qu'ils soient en capacité de détecter d’éventuels signaux émanant de leur équipe ou d’eux-mêmes.

La psychologue du travail vous invite, pour finir, à évaluer gratuitement votre risque de burnout sur le site Test my burnout, peut-être est-ce l’occasion d’aller y faire un tour ?

Les dernières actus