Comment donner du sens à son travail quand on est Talent Advocate ?

Camille : "Je veux m’investir dans des projets qui me plaisent et qui ont du sens."

Camille, talent acquisition chez FlexJob, a répondu à quelques-unes de nos questions.

 

Hello Camille, peux-tu te présenter en un mot ?

J’ai 22 ans, je suis originaire de Haute Savoie et bien qu’attachée à mes montagnes, j’ai un peu la bougeotte !

 

Explique nous en quelques mots ton parcours

J’ai un parcours assez atypique. Après mon bac, j’ai commencé un DUT GEA à l’IUT d’Annecy que j’ai fini à l’IUT de Lyon pour suivre la spé Gestion des Ressources Humaines qui n’était pas dispensée dans mon établissement d’origine. J’ai ensuite suivi un double cursus classe prépa aux grandes écoles et licence éco-gestion. J’ai passé mon année entre la prépa au lycée de la Martinière, les bancs de la fac sur les quais à Lyon 2 et … les différentes BU de la ville. J’ai finalement intégré le Programme Grande Ecole de l’ESC Rennes en Master. Après un Erasmus en Bulgarie et un stage en Espagne, je rejoins l’aventure FlexJob avant de finir ma dernière année de Master.

 

Pourquoi avoir postulé chez FlexJob ? Que comptes-tu y faire ?

Après une première expérience dans un grand groupe de conseil, j’ai vite compris que ce modèle d’entreprise ne correspondait pas vraiment à mes aspirations. Je voulais découvrir un environnement radicalement diffèrent, innovant et qui accordait une place centrale à ses collaborateurs. J’ai rejoint l’équipe en tant que Talent Advocate, j’ai envie de promouvoir la vision FlexJob et de permettre aux personnes avec lesquelles nous travaillons de (re)prendre goût au travail !

 

Qu’est-ce que tu as aimé chez FlexJob 

La vision du travail et les missions de la start-up m’ont séduite. FlexJob nous prouve qu’innovation et performance ne sont pas forcément détachées de l’humain, et qu’il occupe même une place centrale dans l’organisation. L’avantage d’une start-up c’est aussi de pouvoir toucher à tout et de découvrir plusieurs activités ! Cette vision m’a plu, le projet m’a plu, j’ai voulu me lancer dans l’aventure !

 

Culture start-up, management participatif, flexibilité… Est-ce que ces expressions te parlent ?

Ces expressions me parlent et sont à mon sens l’avenir des entreprises. Les aspirations des jeunes entrants dans la vie active ne sont plus les mêmes que celles de la génération de nos parents. Je suis persuadée que si les entreprises ne repensent pas leur mode d’organisation, elles vont rapidement perdre en attractivité auprès des jeunes diplômés qui aspirent à plus de flexibilité et un meilleur équilibre vie pro / vie privée.

 

À 22 ans, tu fais toi aussi partie de la fameuse génération Y. Une population qui voit le travail autrement. Et toi, quelle est ta vision des choses ?

Pour moi le travail occupe une place centrale. Je ne le vois pas uniquement comme une source de revenu mais avant tout comme une source d’épanouissement. Je veux m’investir dans des projets qui me plaisent et qui ont du sens, sans pour autant empiéter sur ma vie privée. Je pense que cette vision est de plus en plus partagée par ma génération et que les jeunes diplômés sont désormais plus exigent envers l’organisation dans laquelle ils veulent travailler.

 

Penses-tu qu’il y ait un futur dans ces nouvelles façons de travailler ?

Je pense que ces nouvelles façons de travailler sont le futur !

 

Les dernières actus