Qu'est-ce que le travail autrement ?

Anaïs : "J'aimerais trouver un défi où l'humain a sa place, où l'on saura me faire confiance"

Anaïs, UX / UI designer a répondu à quelques unes de nos questions. Elle nous parle de sa vision du travail et de qualité de vie au travail. 

 

Hello Anaïs, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je suis Anaïs, lyonnaise d'adoption depuis maintenant 2 ans, j'ai grandi en Auvergne et fais mes études à Paris. Passionnée par l'illustration et le design je me suis lancée dans le graphisme d'interfaces. Après un super premier stage en start-up à Paris, j'ai su que je voulais continuer dans le web. Grâce à la qualité de mon stage, j'ai pu présenter mes plus beaux travaux et tenter le concours pour rentrer à l'école des Gobelins de Paris. Après une formation d'un an dans cette prestigieuse école, j'ai décroché un stage à Montréal et me voilà partie au Québec ! En choisissant une agence spécialisée dans le domaine du tourisme, cela a confirmé mon envie de voyager et de travailler dans le secteur en tant qu'UI/UX designer. J'ai d'abord eu envie de faire mes armes dans une grande agence en apprenant avec une belle équipe, mais aujourd'hui après cette expérience je recherche autre chose.

J'aimerais trouver un défi où l'humain a sa place, où l'on saura me faire confiance pour apporter ma pierre à l'édifice. Je souhaiterai évoluer dans une start-up où le produit me passionnera. Mon job de rêve serait dans une entreprise où l'éthique, la philosophie et les valeurs sont identiques aux miennes. Un job où le "bullshit" n'aura pas sa place et où mes missions auront un vrai sens pour moi.

Sur le plan personnel, j'aime dessiner. En effet, l'illustration a une place importante dans ma vie perso, ça me sert à m'évader et faire partager un univers onirique et coloré - vous pouvez les voir sur Instagram et Dribbble. Je suis aussi musicienne, avec une enfance baignée par le chant et le piano, j'essaie de me garder du temps pour continuer à pratiquer et chanter en studio avec mes proches. Et fan de musique, j'aime aller à des concerts, qui sont souvent... des concerts de métal (c'est mon côté dark) !

Et quand les vacances sont là, je voyage, j'aime découvrir de nouveaux pays, la prochaine destination pourrait être l'Italie ou l'Islande.

 

À 26 ans, tu fais partie de cette fameuse génération Y, une population qui a influé de nouvelles façons de travailler (slashing, meilleur équilibre vie pro/vie perso, freelancing, entrepreneuriat, etc.), comment observes-tu cela aujourd'hui ?

Je fais effectivement partie de cette fameuse génération Y. On entend beaucoup de choses sur elle. On dit de nous qu'on est une génération zapping, peu patiente, narcissique, égocentrée, égoïste, capricieuse... J'en entends malheureusement beaucoup tous les jours et c'est dommage de la voir ainsi. Il y aura toujours un conflit entre les générations c'est sûr, mais il faut arrêter de voir le mal partout ! Beaucoup d'entreprises et de start-up arrivent sur le marché avec une nouvelle façon de penser le travail et un autre fonctionnement. 

Je pense que cette génération et la future ne veulent plus se laisser faire par la société actuelle et souhaitent y imposer leurs propres règles. L'entrepreneuriat c'est ça : des gens qui se prennent en main, décident de leurs règles et vont avancer les choses, sans "souffrir". J'ai remarqué quelque chose d'essentiel quand j'étais à Montréal : cette notion de souffrir au travail n'existe pas là-bas. À 17h tout le monde est dehors, dans un bar avec des amis et profite de sa vie privée. En France, si on pars à cette heure-ci on est mal vu, alors que le travail est délivré. C'est un exemple pris parmi tant d'autres, mais c'est le plus parlant. 

Cette notion de travailler correctement et dans les règles de la génération Y c'est ça : travailler (parce que oui il faut quand même bien manger et payer ses factures ;)). Mais travailler c'est aussi prendre du plaisir, faire confiance à ses employés en les responsabilisants et donner du sens à son travail. Les employés seront heureux et un employé heureux est un employé productif... c'est un cercle vertueux !

 

Pour toi c'est quoi #TravaillerAutrement ? Qu'est-ce que cela signifie ?

Pour moi, le #TravaillerAutrement, c'est la conséquence de toutes ces notions proposées par les start-up s'adressant aux nouvelles générations. C'est responsabiliser ses employés, leur faire confiance et leur apporter de la reconnaissance lorsque le travail est bien fait. Le travail ne doit plus être une souffrance, surtout avec 8h par jour au bureau. Je pense qu'il est important de prendre en compte l'équilibre vie privée / vie pro et les signaux de burn-out ou bore-out. 

Ce n'est pas parce qu'on est jeune, sans mari / femme ou enfants, qu'on a pas de projets personnels. 
Ce n'est pas parce qu'on est jeune qu'on peut rester plus tard le soir sans être payé / exploité. 
Ce n'est pas non plus parce qu'on est jeune et en bonne santé, qu'on ne fera pas un burn-out. 

Ça me paraissait important de le rappeler. ;)

 

Quelle serait ton organisation du travail rêvée ?

Mon organisation de travail rêvée serait d'avoir des horaires souples, par exemple partir plus tôt tel ou tel jour mais travailler plus tôt le matin pour rattraper, ou bosser plus tard un soir mais arriver plus tard le lendemain... Tout en accordant cette fameuse confiance à l'employé. Après c'est donnant donnant, si l'employé ne joue pas son rôle et ne respecte pas, alors oui il faut resserrer la bride, mais il faudrait au moins lui laisser une chance. 

De plus, la qualité de vie au travail est une notion importante et je pense qu'il faut se sentir bien dans les locaux, avoir un bon matériel, de bonnes chaises, une salle de repos / sieste / jeux vidéo... Tout ce qui permet d'être bien dans une entreprise est essentiel pour avoir envie d'y rester 8h par jour minimum.

 

Comment as-tu connu FlexJob ? Comment perçois-tu notre rôle ?

Après avoir découvert le métier d'Happiness Officier par une ancienne collègue, j'ai eu envie de creuser le sujet et de trouver ces entreprises ouvertes et humaines. En partageant différents sujets sur les réseaux sociaux, j'ai trouvé des articles de blogs et découvert FlexJob. 
Je perçois FlexJob comme une sorte de cabinet de recrutement 2.0, une nouvelle façon de recruter un candidat en lui proposant "le job de ses rêves" en étant un relais et en le mettant en relation avec l'entreprise qui lui correspond.

 

Qu'est-ce qui t'a poussé pour postuler sur FlexJob ?

Je suis restée ouverte à d'autres opportunités professionnelles et j'ai eu la curiosité de découvrir le principe du job flexible. À travers, FlexJob j'ai vu comme une bouteille à la mer vers le job et l'entreprise rêvée pour la suite de ma carrière. Une entreprise qui me ferait confiance, me donnerait plus de liberté et plus de souplesse avec un équilibre vie privée / vie pro. Une entreprise plus humaine en somme.

 

 

Les dernières actus