Comment exploiter l'intelligence collective en entreprise pour atteindre des objectifs ?

Qu’est-ce que l’intelligence collective ?

« Lorsque les hommes travaillent ensemble, les montagnes se changent en or. »

Ce proverbe chinois résume bien ce qu’est l’intelligence collective.

C’est en faisant davantage ensemble, en partageant ses connaissances et ses compétences avec les autres, que l’on atteint un but commun.

Comment exploiter alors cette fameuse intelligence collective en entreprise pour atteindre des objectifs partagés ?

 

Intelligence collective : définition

Saviez-vous que l’intelligence collective vient de nos chers amis les animaux ?

Elle est très répandue dans le monde animal et plus particulièrement chez les insectes, les poissons et les oiseaux.

Les fourmis par exemple, ont recours à l’intelligence collective pour résoudre des problèmes complexes en se partageant les tâches et pour s’auto-assembler. Quant aux oiseaux migrateurs qui doivent parcourir de très longues distances, il est primordial pour eux d’optimiser leurs déplacements et de ne pas dépenser trop d’énergie. C’est pour cela qu’ils adoptent une formation en V pour prendre l’aspiration de leur prédécesseur. Un peu comme les cyclistes en fait.

En résumé, l’intelligence collective permet de partager des compétences et des connaissances au service du groupe pour résoudre un problème ou trouver une solution en étant plus créatif et innovant.

 

Et dans nos entreprises ?

Même avant que le concept d’intelligence collective (collective intelligence ou CI en anglais) soit évoqué pour la première fois, depuis toujours, les entreprises l’ont utilisé puisque le principe même d’une entreprise et de faire travailler ensemble des personnes aux profils variés, pour servir un but commun.

En 1994, le philosophe Pierre Lévy définit cette intelligence comme : « une intelligence partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences ».

Et rajoute : « Le projet de l’intelligence collective consiste à valoriser la diversité des connaissances, des compétences et des idées qui se trouvent dans une collectivité et à organiser cette diversité en un dialogue créatif et productif. La culture de l’intelligence collective travaille à établir de manière douce et pacifique un « multilogue » ouvert, qui est préférable aussi bien au cloisonnement et à l’isolement des intelligences, qu’à l’uniformité bien-pensante. »

Finalement, il s’agit de mettre en commun des compétences et des connaissances pour réfléchir et résoudre un problème commun. Cette mise en commun va créer entre les différents membres d’une équipe ou d’un service, des interactions et une véritable synergie. In fine, un gain en innovation considérable.

Cette forme d’intelligence permet d’atteindre des objectifs communs plus grands et plus ambitieux. Cependant, ce concept nécessite l’implication dans le projet de chaque contributeur et d’une coordination maximisée.

Quelles sont les différentes règles de l'intelligence collective ?

 

Se servir de l’intelligence collective

Utiliser l’intelligence collective au sein de son entreprise peut répondre à de nombreux besoins comme :

  • Avancer en situation de crise : certaines situations dans la vie des entreprises sont plus complexes et incertaines que les autres ;
  • Innover : qu’il s’agisse d’un nouveau produit ou d’une nouvelle offre, les entreprises cherchent à se démarquer de leurs concurrents et ont la volonté d’évoluer sans cesse ; 
  • Apprendre : pour acquérir de nouvelles compétences et/ou savoir-faire.

 

Développer l’intelligence collective

Pour développer l’intelligence collective de son équipe, l’entreprise doit faire preuve de flexibilité et imaginer les situations auxquelles elle devra faire face dans l’avenir.  C’est la base.

Ensuite, pour mener une telle démarche, la prise de parole des collaborateurs doit être libre pour pouvoir bénéficier des connaissances et des compétences de chacun.

Pour terminer, les relations hiérarchiques doivent être réinventées, terminé le temps de la posture du manager « sachant » et des critiques non-constructives, place au dialogue et à l’écoute.

L’objectif ? Faire émerger toutes les idées, même les plus folles.

Nous pouvons identifier certains critères de réussite pour qu’une procédure d’intelligence collective fonctionne :

  • L’innovation et la confiance : les collaborateurs se sentant considérés et écoutés seront davantage impliqués dans la stratégie globale de l’entreprise. Avec le climat de confiance instauré par le manager, ces derniers seront plus enclins à donner leur point de vue.
  • La coopération et l’engagement : la coopération et l’autonomisation des collaborateurs doivent s’inscrire dans la nouvelle posture du manager. Il devra s’assurer que tous les membres de son équipe interagissent les uns avec les autres.

Néanmoins, développer l’intelligence collective d’un groupe n’est pas inné, le manager va devoir faire preuve de certaines compétences pour améliorer les échanges, motiver son équipe et doper la réflexion collective dans la réalisation des missions et dans l’atteinte des objectifs communs.

 

Manager l’intelligence collective

Pour tirer profit de l’intelligence collective, le manager doit :

  • Exploiter l’ensemble des soft skills de son équipe. Aujourd’hui les « hard skills » ou compétences techniques ne suffisent plus en entreprises. Les compétences comportementales comme : l’empathie, la bienveillance, le relationnel, la communication, la créativité… Sont très appréciées par les entreprises et les managers.
  • Instaurer un climat de confiance pour que chacun se sente libre de parler et favoriser la coopération et la responsabilisation au sein de son équipe.
  • Déceler les différents talents et les mettre au service du groupe de réflexion.
  • Organiser la réflexion collective en mettant en place des outils et des techniques pour fluidifier les échanges et la production d’idées.
  • Gérer les conflits et veiller à l’équilibre des interactions. 
  • Prendre des décisions en tenant compte des idées et des pistes proposées par le groupe.

Selon Olivier d’Herbemont dans son ouvrage Booster l’Intelligence collective, l’intelligence collective est une capacité procédurale permettant un système non-décisionnel dans les organisations, rendue possible par les évolutions du monde contemporain « Le monde d’aujourd’hui requiert un mode supérieur d’intelligence collective. Pour maîtriser un monde massivement plus grand, massivement plus rapide, massivement plus technologique, il faut trouver une alternative au mode de fonctionnement traditionnel. »

 

La toolbox de l’intelligence collective : outils et techniques

PDF, présentations en ligne, articles, ateliers, conférences, matériels de facilitation… Aujourd’hui, de nombreux outils et techniques sont à la disposition des entreprises pour les aider dans leur démarche d’intelligence collective.

Pour que la réflexion soit la plus efficace possible, les managers peuvent mettre en place des outils et des méthodes comme :

  • Des réunions d’information et de transmission sous forme de brainstormings, stand-up meetings ou encore de co-walking. Mais attention de ne pas attraper le syndrome de la réunionite !
  • Organiser un team building : excellente technique pour sortir du cadre de l’entreprise et renforcer la cohésion et les liens entre les membres d’une équipe.
  • Utiliser un réseau social d’entreprise (RSE) : sous la forme d’une plateforme collaborative, collaborateurs et managers peuvent échanger et se partager des bonnes pratiques, des documents, des retours d’expérience, etc.
  • Utiliser des outils digitaux : rédiger un document en ligne à plusieurs, une présentation en ligne, se partager des visuels… Les outils digitaux sont très importants pour favoriser la collaboration, les collaborateurs peuvent même y accéder à distance.
  • Et bien d’autres.

Mettre en œuvre l’intelligence collective passe par l’utilisation de ces outils pour simplifier et fluidifier les échanges et interactions et pour booster la créativité et l’innovation.

 

Utilisation de l’intelligence collective : un exemple concret

Et si l’on passait au concret ?

Voici un cas d’utilisation de l’intelligence collective en entreprise avec le groupe AccorHotels.

Sur "Open Ideas", la plateforme interne d'innovation collaborative d'AccorHotels, chaque collaborateur peut proposer des idées, individuellement ou en équipe, voter pour celles qu'ils souhaitent, commenter celles déjà postées et échanger librement avec ses pairs, partout dans le monde.

C'est l'occasion de participer en collectif à des challenges et réflexions à l'international, sur des problématiques business... et cela peu importe son département.

La plateforme contribue non seulement à l'exploration de tous les possibles - phase dite d'idéation - mais également à la mise en projet des idées les plus prometteuses.

La finalité étant évidemment de mettre en oeuvre concrètement ces propositions, par exemple: le prototypage des Google Glass pour l'environnement AccorHotels. Source

 

Les limites de l’intelligence collective dans nos organisations

Dans les cas extrêmes, plusieurs facteurs peuvent empêcher la réussite d’une démarche de réflexion collective, voici les principaux :

  • Dans les décisions de groupe, certains collaborateurs n’osent pas dire ce qu’ils ressentent/pensent ;
  • L’acceptation par dépit sans grande conviction ;
  • Les discussions confuses qui amènent à des prises de décisions qui ne mènent à rien ;
  • L’acception de la part des collaborateurs sans réfléchir, aux « avis d’experts », nous sommes en plein dans l’argument d'autorité qui consiste, lors d'une argumentation, à accorder de la valeur à un propos en fonction de son origine plutôt que de son contenu.

L'intelligence collective peut être ainsi limitée par des effets de groupe (lorsqu'un groupe se réunit pour penser et prendre une décision) comme le conformisme, la crainte, l’absence de procédure, l’homogénéité des points de vue, etc.

En partant de ce constat, l'individu seul peut parfaitement être plus intelligent que tout un groupe car, il conserve mieux sa pensée critique seul que sous l'influence du groupe.

Pour conclure, l'intelligence collective peut être aussi vue comme un état d'esprit que l'on peut retrouver dans la façon de conduire les projets ou mettre en réflexion l'organisation sur son propre fonctionnement. Cet état d'esprit s'appuiera sur des principes de fonctionnement qui autorisent sa mise en œuvre. Ce changement d'état d'esprit passe avant l'utilisation d'outils de facilitation ou d'outils informatiques qui ne peuvent être qu'au service du processus.