Qu'est-ce que le droit à la déconnexion ?

Focus sur … le droit à la déconnexion

La révolution digitale n’amène pas que du positif dans nos vies. Nous sommes entrés dans une ère où l’immédiateté est devenue la norme. Nous sommes connectés à internet en permanence, réagissons quasi instantanément aux notifications de nos smartphones que ce soit pour des mails, des sms ou encore des notifications des réseaux sociaux sur lesquels nous sommes présents. De ce fait, se déconnecter et arriver à réellement couper du travail sur nos heures de loisir devient de plus en plus compliqué : près de 75% des salariés français admettent consulter leur boîte mail en dehors de leurs heures de travail ! La frontière entre vie professionnelle et vie personnelle est menacée par ce phénomène.

Quels risques court-on lorsque l’on n’arrive pas à se déconnecter ?

La majorité des personnes qui n’arrivent pas à se déconnecter connaît plusieurs problèmes. La majorité touchant à leur vie privée. Difficultés pour gérer sa vie familiale, pas de temps dédiés aux loisirs, les impacts négatifs sont multiples et nombreux.

Aussi, l’hyper connexion ainsi que l’accès permanent à un flux d’informations ininterrompu peuvent mener les salariés sur le chemin du burn-out. Recevoir autant d’informations en permanence et avoir le sentiment qu’il est nécessaire d’être toujours disponible génère de l’anxiété, un sentiment d’oppression et à terme de l’épuisement qui peut conduire au burn-out.

Ne pas arriver à déconnecter c’est prendre des risques pour sa santé.

 

La loi Travail et le droit à la déconnexion

En ayant conscience de ces risques-là, la loi Travail a introduit en janvier 2017 une notion de droit à déconnexion. Un grand battage médiatique a suivi la sortie de cette annonce, la France étant un pays pionnier dans cette voie-là. Mais en réalité, est-ce que cette loi a véritablement réussi à changer les choses dans les entreprises ?

L’article 55 de la loi travail concerne les entreprises de plus de 50 salariés. L’objectif initial de cette loi est de mettre en place, pour donner suite à des négociations avec les partenaires sociaux, des « dispositifs de régulation de l’utilisation des outils numériques, en vue d’assurer le respect des temps de repos et de congé, ainsi que de la vie personnelle et familiale ». Plus simplement, il s’agit d’éviter le blurring, ce phénomène où frontière entre vie privée et vie professionnelle s’efface.

De manière très concrète, ce droit à la déconnexion devait donner la possibilité à tous les salariés de déconnecter. Les entreprises de plus de 50 salariés doivent se pencher le sujet au moins une fois par an, lors de négociations annuelles. Cependant, la seule obligation résultant de ces négociations est l’élaboration d’une charte, qui n’engage à rien.  Dans les faits, la majorité des entreprises se contente de signer cette charte sur des bonnes pratiques, des usages à respecter et guère plus. Rien n’est prévu en cas de non-respect de ces derniers et l’impact sur le quotidien des collaborateurs de l’entreprise est donc limité. Mais cela reste un premier pas, qui même s’il est imparfait, va dans le bon sens.

En réalité, pour que ce droit à la déconnexion devienne une norme dans les entreprises, il faut s’intéresser à un chantier bien plus large : l’organisation du travail en elle-même. Le meilleur moyen de ne pas avoir à répondre à un mail professionnel à 20h le samedi soir c’est que personne dans l’entreprise n’envoie de mail à 20h un samedi. La clé réside dans un changement des pratiques dans ces entreprises mais un changement qui doit être coconstruit et partagé avec l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise pour que les pratiques en vigueur soient claires pour tout le monde.

Des entreprises ont sauté le pas et ont pris des mesures fortes. Par exemple, Daimler a lancé depuis 2014 une opération « Mail On Holiday ». Cette dernière vous déconnecte automatiquement de votre boîte mail pendant vos périodes de congés. Un peu radical mais au moins la tentation de se connecter « juste pour voir » disparaît complètement.

Nous sommes sur la bonne voie avec cette entrée de la notion de droit à la déconnexion dans la loi, mais le chemin à parcourir reste long jusqu’à ce que cela soit une norme pour l’ensemble des entreprises du pays.

 

Comment le droit à la déconnexion influe sur la qualité de vie au travail ?

 

Télétravail et déconnexion : comment s’organiser ?

La loi travail introduisait aussi un certain nombre de dispositions visant à faciliter et encadrer la pratique du télétravail. Les collaborateurs d’une entreprise en télétravail bénéficient par exemple exactement des mêmes droits que les collaborateurs de l’entreprise présents sur site.

Le paradoxe du télétravail est que la flexibilité qu’il implique amène expose le salarié à divers risques. Le télétravail, dans sa définition la plus large c’est la possibilité de travailler où l’on veut quand l’on veut. Par conséquent, on tombe rapidement sur l’une des conséquences les plus méconnues mais les plus importantes du télétravail qui est la difficulté de se déconnecter.

La majorité des télétravailleurs connaissent une augmentation de leur temps de travail et voient la frontière entre leur vie privée et professionnelle s’effacer. Ces deux tendances favorisent les risques psychosociaux pour les télétravailleurs.

Par conséquent, un télétravailleur doit arriver à scinder distinctement sa vie privée et sa vie professionnelle. Cela passe par des plages horaires définies à l’avance et par un suivi de son employeur sur ce sujet. Il est important d’avoir cela en tête lorsque l’on décide de télétravailler.

 

Comment réussir à (vraiment !) déconnecter ?

Même si l'on est bien organisé, déconnecter, même le temps d’un week-end est un vrai challenge pour la majorité d’entre nous. Sachant cela, comment s’organiser rapidement pour restaurer la frontière entre votre vie professionnelle et votre vie privée ?

Car oui, réussir à déconnecter le week-end et les vacances, c’est avant tout une question d’organisation !

On vous partage les points essentiels pour réussir à déconnecter, même uniquement pour un week-end.

 

Tout couper !

Première mesure et pas des moindres, il faut que vous vous prépariez un cadre où vous êtes sûr que le travail ne viendra pas vous occuper l’esprit. Pour cela, il faut commencer par déconnecter tout ce qui pourrait vous rappeler le travail. Il s’agit de désactiver les notifications de toutes les applications reliées au travail sur votre téléphone par exemple. Vous pouvez le faire assez simplement dans les réglages de votre smartphone. Faites de même sur votre ordinateur, ou, encore mieux, ne l’ouvrez pas du week-end !

 

Comment arriver à déconnecter ?

 

Se libérer l’esprit

Vous venez de réaliser la première étape mais vous avez encore cette envie maladive de vous jeter sur votre téléphone pour consulter vos mails ou lire vos notifications ?

Vous pouvez essayer diverses choses pour vous libérer l’esprit et ne plus penser au travail. Premièrement, vous pouvez vous mettre à la méditation. Personnellement j’étais plutôt sceptique au début mais 10 minutes suffisent amplement à libérer de l’espace mental pour se sentir apaisé.

Autrement, vous pouvez vous accorder un moment de sport, ce qui reste pour moi un des meilleurs moyens de se vider l’esprit.

Il reste encore l’option de vous accorder un moment devant un film ou devant un livre. Cela reste un excellent moyen de s’évader et de ne plus penser au travail.

Ces conseils sont simples mais suivez-les et vous pourrez à nouveau profiter de votre temps libre l’esprit léger !

À lire aussi : Focus sur ... la Qualité de Vie au Travail

 

Se déconnecter pour être plus heureux et plus productif

Concernant le droit à la déconnexion, nous sommes en train de vivre une période charnière où le cadre légal évolue en même temps que les pratiques des entreprises ainsi que les manières de travailler.

Nous sommes au cœur d’une révolution où tous les usages sont bouleversés. Nous commençons à prendre conscience de certains risques qu’un monde « trop » digital peut provoquer. Cette prise de conscience de l’importance de la déconnexion va permettre de réguler certaines pratiques.

Mais il nous faut du temps pour nous adapter et prendre réellement la mesure de tous les risques et des habitudes à prendre pour ne pas les subir. Réussir à vraiment déconnecter du travail pendant les week-ends permet de revenir au bureau l'esprit frais et disponible et nous rend davantage productif.

Les dernières actus