Comment motiver des salariés à recommander de nouveaux talents ?

Recruter grâce à la cooptation

Depuis quelques années, les façons de recruter de futurs salariés ont évolué. Avec l’apparition de nombreux réseaux sociaux professionnels, de nombreux recruteurs n’hésitent plus à visiter vos comptes digitaux afin d’en connaître davantage sur votre vie professionnelle. Le réseau social professionnel le plus performant est aujourd’hui, LinkedIn. Un des nombreux avantages de ce réseau social, c’est sa partie « recommandations ». A chaque compétence que l’utilisateur aura inscrite dans son profil, les personnes qui iront le visiter pourront recommander telle ou telle compétence. Et si vos collaborateurs utilisaient la même méthode ? Et si vous demandiez à vos collaborateurs de vous recommander eux-mêmes vos futurs candidats ? Cette stratégie de « recommandations » porte un nom : la cooptation ou recrutement participatif. Très différente du piston, cette méthode permet dorénavant de booster les recrutements. Mais quelle est réellement sa définition ? Comment la mettre en place ? Y-a-t-il des inconvénients ? On vous dit tout !

 

Recruter par cooptation : qu’est-ce que cela signifie ?

Utilisée par les services RH, la cooptation ou recrutement participatif a pour objectif de recruter de nouveaux collaborateurs par un processus de recommandations. Cela permet alors à des salariés ou des chefs d’entreprises de repérer et de transmettre les profils qui pourraient correspondre aux besoins de leur entreprise. Très bonne alternative d’embauche, la cooptation est efficace, comme méthode de recrutement. Par exemple, votre entreprise recherche un comptable. Si le service RH de votre société utilise la cooptation, alors la première étape est de le faire savoir à ses collaborateurs afin de les informer de la recherche d'un nouveau poste. Les employés pourront alors recommander le profil d'une de leurs connaissances. Selon une étude d’Apec, 36% des entreprises utilisent la cooptation pour le recrutement de leurs cadres. Attention, il ne faut pas confondre le piston et la cooptation. Même si la frontière peut paraitre très mince, les candidats qui n’auront pas été « cooptés » disposent des mêmes chances de se voir recrutés.

 

La cooptation : quels sont les avantages de cette méthode de recrutement ?

Vous l’aurez compris, cette méthode permet donc de sélectionner de façon beaucoup plus pertinente les futurs candidats qui passeront en entretien d’embauche. Gain de temps, efficacité, pluralité, valorisation des candidats… Quels sont les avantages de cette méthode ?

 

  • Pour les candidats, la cooptation rime avec valorisation

Être sélectionné après avoir été recommandé par un valorise le futur salarié. En effet, prendre connaissance qu’un collaborateur ou même un ancien patron, vous a recommandé ou recommande une de vos compétences est toujours très plaisant. Deuxièmement, si lors de votre entretien d’embauche, le RH vous révèle que vous avez été un candidat coopté, il faudra donc, une fois embauché, gagner la confiance de l’employeur et lui montrer qui l’a fait le bon choix.

 

  • Un gain de temps pour les recruteurs

Évidemment, mettre en place le recrutement participatif ou la cooptation permet de gagner du temps pour le service RH. Les cabinets de recrutement, les longues procédures, c’est terminé avec la cooptation ! Il suffit donc d'instaurer une vraie dynamique de recrutement chez vos collaborateurs, et hop, vous pouvez déjà convoquer le candidat pour un futur entretien d’embauche ! 

Pour les recruteurs, utiliser cette méthode de cooptation permet également d’avoir accès à des profils qui correspondent à 100% à leurs attentes. En effet, une recommandation professionnelle engage tout de même une réelle honnêteté de la part du coopteur tout comme du coopté. Attention, si vous recommandez quelqu’un à votre employeur et que celui-ci ne correspond pas du tout au profil recherché et qu’il se comporte mal avec votre service RH, votre réputation peut-être mise à mal !

 

  • Des profils rares

La cooptation permet également de trouver des profils rares sur le marché. Grâce au bouche-à-oreille, certains candidats peuvent être de réelles pépites. Cette méthode permet donc de savoir très rapidement si la personne cooptée peut faire l'affaire : il suffit de poser des questions au collaborateur qui vous a présenté le candidat.

 

 

Comment mettre en place cette méthode de recrutement participatif ?

Afin de motiver au maximum vos collaborateurs à récolter des candidatures fiables, il faut respecter tout de même quelques règles :

  • Définir clairement les fonctions du poste à pourvoir : il est nécessaire que vos collaborateurs puissent comprendre les différentes missions que le futur employé devra réaliser (la cooptation se prête particulièrement bien au recrutement de profils hautement qualifiés),
  • Écarter les membres d'une même famille pour éviter tout problème relationnel : évidemment, il ne faut pas confondre cooptation et piston. Si vous recommandez un membre de votre famille à votre employeur, cela peut-être très mal perçu,
  • Fournir aux salariés les outils de communication nécessaires pour véhiculer correctement la marque employeur : il faudra alors briefer vos salariés sur l’image que vous souhaitez donner auprès des nouveaux candidats (un guide des valeurs clés de l'entreprise ou un site internet carrière seront appréciés),
  • Varier les dotations et remercier les salariés pour leurs suggestions : cela maintient l'intérêt des coopteurs même si le candidat suggéré n'est pas retenu. Il ne faut pas décourager vos collaborateurs après le refus d’une de leurs recommandations.

 

Vous l’aurez compris, la méthode de recrutement participatif permet de gagner du temps et de découvrir de nouveaux talents. Vos collaborateurs seront ainsi mis en valeur grâce à cette méthode car ils estimeront participer à la vie de leur entreprise.

Les dernières actus